Contest Arkose Massy x La Sportiva – Qualifications

Il y a quelques jours se tenait le contest « Arkose Massy x La Sportiva ». L’équipe de France jeune d’escalade était présente et à bien participé. Une participation bien visible grâce aux t-shirts de l’équipe nationale, qui donnent un cachet inimitable sur les photos. Oui, absolument, voir l’équipe nationale d’escalade – ou de tout sport – ça me fait rêver. Chauvin ? Absolument !

Sur ce contest, les blocs étaient variés et exigeants. Pour faire les blocs noirs et violets, les membres de l’équipe ont sérieusement dû s’y employer. Du côté des ouvreurs, la tension était présente : la seconde vague tardait à réussir les blocs noirs et violets, essentiels pour faire la sélection des finalistes !

Des blocs noirs et violets difficiles qui auront posé des difficultés aux grimpeurs et des sueurs froides aux ouvreurs …

La salle d’Arkose Massy, vraiment grande, large, offre du recul, de la place pour se déplacer, c’est toujours agréable d’y faire des images. Elle est relativement bien éclairée, pour une salle d’escalade, et offre des zones où la lumière crée de belles dynamiques.

Un bon éclairage facilite le boulot des photographes …

Si l’espace permet de faire des bons clichés, les blocs rendent parfois délicat le travail de mise en valeur du grimpeur ou du boulot de l’ouvreur. Les petites dalles du fond, où deux blocs étaient assez proches, et le recul assez faible, ont été des petits défis, pas toujours évident à surmonter. Ce genre de petits défis est aussi ce qui maintient « l’oeil » en éveille, et qui oblige à se creuser les méninges pour obtenir des résultats satisfaisants.

Deux blocs proches, dans des styles similaires, et dont la réalisation est peu dynamique et plutôt lente… Un vrai défi de mise en valeur.

Comme souvent dans les compétitions, plus les grimpeurs essayent un bloc, plus les chances d’avoir de belles photos augmentent. Par exemple dans ce bloc 21 rouge, ou il fallait atterrir en paume à droite et en même temps monter un pied gauche. Il fallait y mettre des essais pour bien comprendre le mouvement de poussé simultanée de pied et main. Ça me laissait donc quelques opportunités à répétition.

La clef du succès est dans la répétition ? Pas nécessairement, mais ça aide à avoir le bon cliché !

A l’inverse, ceux qui ont su flasher les blocs et survoler la compétition, ont finalement moins de chance d’être pris en photo…

La beauté de ce sport, outre voir des gens forts grimper dans des beaux blocs, c’est aussi la cohésion, le partage, la petite concurrence entre amis. Durant ce contest, voir les membres de l’équipe partager les méthodes, s’encourager les uns et les autres, se balancer des petites vannes pour pousser le copains à donner son maximum, c’est inspirant. Et puis ça contribue à voir de belles choses sur les visages, et dans les attitudes.

Au sujet de l’escalade à proprement parler, après les combats, les cris de rage, il y a le suspens en haut des blocs : « topera » ? « Topera » pas ?

Cette fois, toperont pas !

C’était une belle phase qualificative, avec de beaux blocs, et forcément, des grimpeurs qui permettent de sublimer tout cela encore un peu plus. C’est définitivement le format que je préfère pour faire de belles images de ce sport.

A l’issue de la phase qualificative, les finalistes sont : Fanny Gibert, Luce Douady, Zelia Avezou, Flavy Cohaut, Naile Meignan, Chloé Caulier, et Léo Favot, Sam Avezou, Jérémy Bonder, Léo Avezou, Nicolas Pelorson, et Nathan Martin.
Les photos de la finale suivront dans un autre article.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité des images faites lors des qualifications de la seconde vague du contest Arkose Massy x La Sportiva. Cliquez sur les images pour les agrandir.

Aurèle Brémond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *